Mes débuts dans la voyance

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mes débuts dans la voyance

Message par Passiflore le Lun 3 Avr - 21:18

Bonjour !

J'ai 53 ans et cela fait maintenant 41 ans que je suis médium.
A 12 ans j'ai eu mon premier flash. Mais je n'avais pas la maturité et le recul nécessaire pous savoir interpréter ce dont il s'agissait.
Il a fallu de nombreuses années et de nombreuses récidives pour comprendre que cela s'était définitivement installé en moi.

L'incendie chez parents :

Une fois la fête terminée, mon neveu refuse de rentrer chez mes parents. Il est turbulent et je n'ai pas la moindre autorité. Je désespère de trouver un moyen de le ramener. Quand j'entends soudain  retentir  la sirène des pompiers.  Pour convaincre mon neveu de quitter les lieux, je lui dis aussitôt : "Rentrons vite à la maison, il y a le feu chez Mamie !"
Arrivés à l'angle d'une  rue, à la hauteur de laquelle on pouvait déjà apercevoir la maison de mes parents, c'est moi qui suis stupéfaite. Un attroupement de pompiers et de voisins entourait ma maison.
L'incendie avait débuté par un feu de cheminée. Quant à mon neveu, il était heureux  de voir de près les pompiers.
A cette époque, je n'imaginais pas du tout avoir eu un pressentiment. Je pensais seulement que c'était un hasard fabuleux...

Mais un nouveau  phénomène prémonitoire n'allait pas tarder à me submerger quelques mois plus tard, signe que quelque chose s'était réveillé en moi et n'allait plus me quitter.  

La rupture d'anévrisme de mon amoureux secret :

"Ma grand mère élevait des enfants de la DDASS. Je cultivais un amour platonique pour l'un d'entre eux (qu' il ne sut d'ailleurs jamais).
Après le collège, je me rendais régulièrement chez une camarade de classe pour  travailler mes cours.
Un fameux après midi, aux environs de 17 heures, je suis prise brusquement de pleurs que je ne contrôle pas. Tout mon corps tremblait. Je range vite livres et cahiers dans mon cartable et je dis à ma copine : "Jean Claude va très mal, il lui est arrivé quelque chose de très grave".
Je rentre en courant chez moi. J'étais en plein désarroi. Je m'enferme dans ma chambre.
Vingt minutes plus tard, ma grand-mère essoufflée arrive à la maison et annonce la nouvelle à mes parents : "Jean-Claude va très mal, il a été hospitalisé en urgence pour une rupture d'anévrisme".
Mon lien affectif m'avait connecté à lui, j'avais été possédée par une intuition quasi téléphatique qui m'avait profondément choquée.
Quelques mois plus tard, de nouveaux flashs me traversent..."

Le tiercé :

Quand j'étais adolescente, j'avais une complicité avec mon frère ainé. Tous les dimanches matin, nous nous rendions dans un café pour retrouver des copains et  des copines et surtout jouer au tiercé et nous récidivions chaque dimanche mais la chance n'était jamais au rendez-vous. Jusqu'au jour où...
Un dimanche à 15 h 30 je suis prise d'une certitude foudroyante : nous avions gagné au tiercé. Evidemment mon frère ne me croyait pas malgré mon insistance et la joie évidente que la nouvelle faisait rayonner sur mon visage.
Nous dûmes attendre 16 h 00 pour nous installer devant le poste de télévision et comprendre que nous avions bel et bien gagné. Je l'avais ressenti très fortement.  

Mon futur mari :

"A 18 ans, un soir d'été, j'avais rencontré sur la place de la mairie de mon petit village, un garçon que je ne connaissais pas. Le lendemain nous avions rendez-vous dans un square.
Arrivée à une centaine de mètres de lui, un sentiment oppressant s'empare de moi : j'ai la certitude instantanée que cet homme ne m"apportera rien de bon. Cette sensation n'avait duré que quelques secondes et s'était aussitôt évanouie de sorte que l'autre part de moi-même ne s'en souvenait plus, elle n'en avait donc jamais tenu rigueur.  
Quelques années plus tard, j'ai épousé cet homme et je me suis très vite rendue  compte qu'il était homosexuel et avait d'énormes problèmes psychologiques. Je l'avais ressenti très fortement sans pour autant comprendre que ce flash pouvait m'éclairer pour orienter ma vie. Les prémonitions qui me traversaient, me divisaient en deux êtres dont l'un avait une longueur d'avance et restait définitivement incapable de communiquer avec l'autre.
   
Grave accident de la route :

"A l'âge de 15 ans j'eus une certitude. Le jour de mes 20 ans serait un jour malheureux. C'était ancré en moi sans que cela me perturbe pour autant. Je m'étais juste faite à l'idée.
Le jour de mes 20 ans je fus victime d'un grave accident de la route : éjectée d'un  véhicule, traînée sur plusieurs mètres, de nombreuses fractures et brulûres, trois semaines de coma et une année d'hospitalisation avec des séquelles irréversibles que je subis encore aujourd'hui.
Cet accident venait de me prouver que j'étais douée de prémonotions et plus encore, en fragilisant mon corps, il avait exarcerbé le potentiel de mon esprit. A partir de ce moment là je suis devenue encore plus réceptive et plus attentive aux signaux que je recevais.
 
Je souhaiterais que vous me fassiez parvenir vos impressions. Mon mari et ma fille ont toujours été mes seuls témoins et confidents.
Je me sens anormale d'autant plus que j'effraye parfois mon entourage dès que j'annonce quelque chose qui va se produire.
Je vous remercie vivement et je vous souhaite une très bonne journée.

Chantal



Publié par Fée le 30 juillet 2007
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 429
Date d'inscription : 28/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum