Le cercueil du professeur Mortis

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le cercueil du professeur Mortis

Message par Passiflore le Mar 4 Avr - 16:57

Le professeur Mortis était un grand et bel homme, au visage pâle et osseux barré d’une fine moustache et dont la silhouette mince et élancée se prêtait au port altier des capes noires doublées de satin rouge. Le professeur Mortis était magicien. Avec la complicité de sa femme, Ludivine, il se produisait dans la région marseillaise dans le courant des années trente.  Certes, la gloire ne l’avait pas hissé au rang des Houdini et autres magiciens internationaux, mais le professeur était célèbre dans son pays et partout on lui témoignait la considération et le respect que l’on réserve à ceux que l’on admire ou que l’on craint.
Avaleur de sabres et de tisons enflammés, fakir, manipulateur, le professeur avait, comme on dit, plus d’un tour dans son sac. Il n’avait pas son pareil pour décapiter son épouse à la hache, savait la mettre en transe et la faire voler sur scène, jouait à merveille du haut-de-forme et de la baguette magique pour faire apparaître et disparaître une foule de choses qui encombraient ses lourdes malles. C’était un bon illusionniste, qui présentait à un public moins blasé qu’il ne l’est aujourd’hui des tours spectaculaires et très appréciés. Il sillonnait les routes du Sud de la France du printemps à l’automne et avait acquis un public vaste et fidèle parmi les amateurs de sensations fortes.
Au bout de quelques années, le professeur Mortis, qui avait le sens du spectacle, comprit qu’il devait renouveler ses tours et présenter une magie plus sophistiquée, mieux élaborée, à une assistance qui se montrait de plus en plus difficile. Il chercha donc de nouvelles idées et demanda de l’aide à un de ses amis qui possédait dans sa bibliothèque plusieurs volumes de magie introuvables en France. C’est ainsi qu’il apprit l’existence d’un tour très spectaculaire qui n’avait encore jamais été présenté : le cercueil sanglant !
Le principe était original pour l’époque : on allongeait dans un cercueil de cent quarante centimètres environ une patiente dont la tête et les jambes dépassaient à la vue du public. A l’intérieur du cercueil, trois carcans immobilisaient le cou, les cuisses et les mollets de l’assistante. Un système était prévu pour montrer au public qu’il n’existait ni double fond, ni trucage visible : le couvercle du cercueil était démontable et la caisse reposait sur des roulettes suffisamment élevées pour qu’on puisse voir ce qui se passait dessous. Au milieu du cercueil et sur toute sa largeur, était aménagée une fente qui permettait le passage d’une scie destinée à couper en deux le corps de l’assistante. La sinistre tâche achevée, on mettait côte à côte les deux moitiés du cercueil pour présenter le tronc et les jambes séparés. L’assistante coupée en deux souriait d’aise, étant bien entendu qu’elle demeurait en parfaite santé et qu’elle survivait joyeusement à la pénible opération. C’était un tour vraiment spectaculaire, dont on allait beaucoup parler !
Le professeur Mortis partit donc en tournée avec son cercueil sanglant. Il visita les départements du Sud-Ouest, traversa la Provence, s’arrêtant dans chaque village pour présenter son nouveau tour à un public plus naïf que celui des grandes villes, où sévissait déjà le cinéma. Chaque soir le même scénario se renouvelait : le professeur en habit noir présentait Ludivine habillée en cosaque, puis découvrait le cercueil, prouvait l’absence de double fond et de trappe.
Chaque soir, le professeur Mortis invitait un spectateur à monter sur scène pour contrôler le cercueil. Le spectateur s’allongeait à la place qu’allait occuper Ludivine. Les spectateurs qui se prêtaient à cette inspection étaient tous des jeunes gens gouailleurs, en pleine force et n’ayant peur de rien, qui décochaient des clins d’œil aux copains et souriaient vaniteusement en regagnant leur place. Et chaque soir, le cercueil sanglant valait au professeur Mortis et à Ludivine un énorme succès.
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 428
Date d'inscription : 28/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le cercueil du professeur Mortis

Message par Passiflore le Mar 4 Avr - 17:00

Le temps passa et l’année suivante, le professeur reprit sa tournée. Dans le souci de ne pas lasser ses spectateurs, il changea ses tours et ne présenta plus son fameux cercueil. Le magicien et sa femme étaient accueillis dans la plupart des villages comme un ami, mais dès la première ville visitée au cours de cette deuxième tournée survint un étrange évènement. Les gens du pays parlèrent de la pluie et du beau temps, et soudain, l’un d’entre eux secoua tristement la tête :
- Vous savez, professeur, il nous est arrivé un bien grand malheur ! Vous vous souvenez de Louis, le gros garçon qui est monté dans votre cercueil l’an dernier ?
Le professeur Mortis se souvenait parfaitement de ce gaillard aux joues rouges et aux cheveux coupés en brosse.
- Eh bien, continua son interlocuteur, quelques jours seulement après votre départ, il est mort. Un accident idiot.
On accusa la malchance, le sort funeste qui avait brutalement ravi ce jeune homme en pleine santé, et le professeur partit préparer son spectacle. Deux jours plus tard, dans la seconde ville de la tournée, il reçut le même accueil.
- Bonjour, professeur, nous sommes heureux de vous revoir. Mais nous avons une nouvelle bien triste à vous annoncer. Vous savez, Jeannot, le jeune homme qui est monté dans le cercueil, eh bien, un mois après votre passage, il est mort ! Un accident de moto inexplicable ! Quel malheur, professeur !
Impressionné, le professeur Mortis regarda sa femme, s’apitoya sur l’accident et repartit le lendemain après avoir remporté un vif succès.
On l’attendait avec impatience dans la troisième ville :
- Ah, professeur, quel plaisir de vous voir ! Qu’allez-vous nous présenter cette année ? Du sensationnel, sans doute ? Mon Dieu, êtes-vous au courant… Le petit Maurice, celui qui vous suivait à vélo tellement il appréciait vos tours et que vous avez allongé dans votre cercueil, eh bien, figurez-vous qu’il s’est noyé, quelques semaines seulement après votre spectacle ! Il s’est noyé, lui qui nageait si bien !
Cette fois, le professeur sentit une angoisse le gagner, et sitôt le spectacle terminé, il repartit vers la ville suivante. Là-bas, Henri, qui s’était allongé dans le cercueil, était mort emporté par la typhoïde. Plus loin, ce fut Roger, qui s’était couché dans le cercueil, et qui était mort dans un incendie. Ailleurs, c’était Antoine, qui était tombé d’un arbre, Marius, qui s’était fait écraser par un camion ; Bastien, qui s’était électrocuté…
Le bilan était effrayant, incroyable. Tous les jeunes gens qui s’étaient allongés dans le cercueil du professeur Mortis étaient morts de mort violente dans le courant de l’année ! Traumatisé, le professeur interrompit sa tournée et regagna Marseille où il habitait. Avec Ludivine, il se rendit dans l’entrepôt où le cercueil maudit était rangé avec les autres accessoires. C’était pourtant un cercueil banal, quatre planches de bois neuf, que le professeur avait assemblées lui-même. Il regarda Ludivine consternée et murmura :
- Nous ne ferons plus jamais ce tour ! Il faut que cette malédiction cesse… Bien sûr, ce n’est qu’une suite invraisemblable de hasards malheureux, mais il vaut mieux arrêter !


Pendant six ans, le cercueil maudit resta dans l’entrepôt où il se recouvrit peu à peu de poussière. Mais le souvenir de toutes ces morts hantait encore le professeur Mortis.
L’étrange histoire aurait pu se terminer là, si un confrère du professeur n’avait pas rendu visite à ce dernier à la suite d’un accident d’automobile dans lequel il avait perdu tout son matériel. Le pauvre homme, qui se faisait appeler Mysterios, se trouvait dans l’impossibilité d’honorer un contrat qu’il avait passé avec la municipalité de Salon-de-Provence.
- Il faut absolument que tu me dépannes, dit-il au professeur, prête-moi ton cercueil !
Mortis se leva d’un bond :
- Non. Il n’en est pas question. Tout, mais pas cela ! Je ne veux pas que ce cercueil ressorte du hangar ! Tu sais pourquoi ! Tu es le seul à qui j’ai confié mon terrible secret ! Tu ne veux tout de même pas qu’il y ait de nouveaux… accidents ?
- Mais enfin, se risqua Mysterios, tu n’es pas sérieux, tu ne vas pas me dire que tu crois à ces sornettes ? Il n’y a ni malédiction, ni mauvais sort, il n’y a que le hasard, mon ami, un malheureux hasard ! Voilà six ans que tu n’as plus utilisé ton cercueil ! Prête-le-moi pour un soir… Je te promets de n’allonger aucun spectateur dedans. J’y ferai coucher Emile, le petit garçon qui me sert d’assistant ! Tu connais Emile, il est familiarisé avec la magie ! Ludivine n’a été la victime d’aucun accident, pourquoi veux-tu qu’Emile en ait un ? Je t’en prie, n’aie pas peur et prête-moi ton cercueil !
Résigné, le professeur Mortis laissa Mysterios emporter le cercueil maudit.
Quelques jours plus tard, on sonna à la porte du professeur. Il ouvrit à un Mysterios effondré, en larmes. Emile, le petit garçon en parfaite santé, qui s’était allongé dans le cercueil, venait d’être foudroyé par une pneumonie !
Le professeur Mortis, aidé par Ludivine et Mysterios, traîna le cercueil au milieu de l’entrepôt et le brûla.

Depuis, un peu partout dans le monde, le tour du cercueil à la femme sciée a été repris par un grand nombre d’illusionnistes. Il ne fit plus jamais de victimes. La malédiction était partie en fumée avec les cendres du cercueil du professeur Mortis. Cette histoire a été rapportée à Jimmy Guieu, spécialiste des évènements surnaturels, par la femme du professeur elle-même. Et elle tremblait encore en la lui racontant.
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 428
Date d'inscription : 28/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum