Le bal du diable

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le bal du diable

Message par Passiflore le Sam 15 Avr - 18:15

Cela se passe en 1975, pendant la nuit de Halloween, et aujourd'hui encore, ce n'est pas sans trembler que les témoins racontent ce qui s'est passé.
"Il y avait foule cette nuit-là, beaucoup de couples, et nombre de jolies dames, et l'endroit était des plus animés. Le petit orchestre jouait une musique rythmée, enchaînant des airs latinos. Tout le monde avait l'air de bien s'amuser ! Et voilà qu'un étranger fait son entrée, un bel homme de type mexicain vêtu d'un costume blanc et d'une chemise noire déboutonnée qui découvrait son torse. Il était paré d'une multitude de chaînes en or. Une des femmes de l'assistance a dit de lui : "C'était le plus bel homme que j'aie jamais vu. Je l'ai tout de suite remarqué. C'était tout bonnement le genre d'homme que l'on ne peut quitter des yeux..." Elle ajouta qu'il avait dansé avec presque toutes les femmes, et qu'il était un danseur admirable. "Oh mon Dieu, qu'est-ce qu'il pouvait danser, et sans jamais se fatiguer. Il a dansé avec beaucoup de femmes. Et c'est bizarre, vous savez, parce que je ne me rappelle pas l'avoir vu s'asseoir à une table. Il n'était pas avec une femme. Il était juste partout." Et elle, a-t-elle dansé avec lui ? "Oh oui, et j'aurais souhaité que ça dure toute la nuit. [...] Des frissons me parcouraient le dos. Il avait une sorte de pouvoir."
A la fin, il demanda à une jeune beauté plutôt distante si elle voulait danser avec lui. Elle se leva et ils évoluèrent au rythme de la musique. Elle n'était pas loin de tomber en transe. En toute innocence, elle appuya sa joue contre son épaule. Pendant qu'ils se balançaient, leurs pieds restaient rivés au sol.
C'est alors qu'il se produisit une chose très étrange. La femme envoûtée sortit de sa transe quasi hypnotique et elle regarda vers le sol. "Vos pieds, vos pieds !" s'écria-t-elle, avant de se dégager de l'étreinte de son partenaire. Tous ceux qui dansaient se figèrent tandis qu'elle criait et se débattait, car il ne desserrait pas son étreinte.
Puis d'autres femmes se mirent à crier, et quelques-unes commencèrent à marmonner des prières. Deux femmes s'évanouirent même. Les hommes, moins effrayés mais ne souhaitant pas s'approcher de lui, se saisirent de leurs partenaires et regagnèrent leurs tables, ou se plaquèrent contre les murs.
Mais ils ne quittaient pas des yeux les pieds de cet homme bien habillé, avec lesquels il avait dansé, arborant des chaussures Stacy Adams, très à la mode. Et maintenant, c'est avec horreur qu'ils regardaient quatre excroissances aux ongles longs surgir de chaque patte de son pantalon.
C'étaient des pieds de poulet. Un signe du diable !
Après toute cette agitation, l'étranger, qui ne portait plus de chaussures, se dirigea en trébuchant vers les toilettes des hommes. Cruz et trois de ses amis lui emboîtèrent le pas. Pour se retrouver, se souvient Cruz, devant un nuage de fumée et dans des toilettes imprégnées d'une forte odeur de soufre. L'homme était sorti par une fenêtre, qu'il avait brisée. Aujourd'hui tout le monde sait que le Diable préfère l'odeur de soufre à Old Spice !
Cet étranger diabolique ne revint jamais à El Camaroncito, mais il se raconte qu'il est aussi allé faire un tour au Rocking M Club à Lockart dans les années 1970."

Docia Schultz Williams, When Darkness falls (Tales of San Antonio and Hauntings)
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 428
Date d'inscription : 28/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum