Prouve-le moi !

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Prouve-le moi !

Message par Passiflore le Ven 31 Mar - 21:19

Claude Brown, 16 ans, travaillait dans un magasin de chaussures à Chicago, où il s'occupait de la gestion des stocks et dont j'étais la co-gérante, en cette année 1979. Il était au courant de mes activités, découlant de ma passion pour la parapsychologie et la métaphysique, qu'il préférait qualifier de sorcellerie.
En plus de ses tâches quotidiennes, il avait pris l'habitude de me taquiner au sujet de mes croyances. Il déclarait n'être absolument pas superstitieux, et allait même jusqu'à me narguer : "Allons ! Essaies de me faire quelque chose pour me le prouver."
C'était tous les jours que nous en plaisantions, mais je refusais de mordre à l'hameçon. Je tentais de lui expliquer la différence entre sorcellerie et psy, mais cela tombait dans l'oreille d'un sourd.
Un beau jour il se pencha sur mon bureau, et arborant un sourire malicieux, il insista pour que je fasse quelque chose afin de le convaincre de mes dons de sorcière.
Nous nous regardâmes fixement pendant quelques secondes et j'acquiesçai de la tête.
- C'est d'accord, Claude, dis-je, en prenant un crayon et du papier. Je vais écrire quelques mots sur cette feuille, la mettre dans une enveloppe, et la ranger dans un tiroir de mon bureau fermé à clé. Nous verrons bien ce qui arrivera.
Il s'éloigna en gloussant. Il croyait sans doute avoir gagné la partie.
Plusieurs semaines passèrent. Et les provocations de Claude dans ce domaine se faisaient au fil des jours moins virulentes. Je remarquais que certains jours, il arrivait au magasin avec des bandages aux mains, ou bien ailleurs. Il me regardait quelquefois avec un air interrogateur, sans rien dire. Ce jour-là, il faisait un froid mordant comme seul Chicago pouvait en connaître lorsque Claude, qui s'activait dans la réserve, se fit piquer par une abeille à la main.
Il entra en trombe dans mon bureau.
- C'est bon, Mme K. J'ignore ce que vous avez écrit, mais depuis ce jour j'ai des blessures aux mains. Quoiqu'il en soit, auriez-vous l'amabilité d'y mettre fin ?
J'ouvris le tiroir du bureau et lui tendis l'enveloppe fermée. Après l'avoir ouverte, il me jeta un regard bizarre et ressortit.
Voici ce qu'il y avait écrit sur le papier : toutes les fois qu'il te viendra une pensée injuste ou mauvaise, cela se traduira par une blessure aux mains. Tu contrôles pleinement la situation.
Je crois que nous fûmes tous deux plus que surpris par le résultat.


Irene Krawitz, Glenview, Illinois, avril 1991
Compilé par Fate Magazine
avatar
Passiflore
Admin

Messages : 422
Date d'inscription : 28/03/2017

Voir le profil de l'utilisateur http://mystereinsolite.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum